Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'A D'LA HAINE

Publié le par Stéphane GOMEZ

 

Qu'y a-t-il de pire qu'une majorité de Droite sectaire et dogmatique? Une majorité de Droite sectaire et dogmatique à bout de souffle, qui se caricature dans sa propre haine pour rebondir vers le haut quand les Français veulent la faire rebondir dehors, et qui du coup nous faire rebondir vers l'arrière!

 

Cela fait longtemps que la stratégie sarkozyste a été entendue. Dès sa campagne présidentielle depuis le ministère de l'Intérieur, de 2002 à 2007 (et oui, ce n'est pas une nouveauté que les Français financent par leurs impôts la campagne électorale du petit Nicolas), il a joué sur le pillage des voix de l'Extrême-Droite, avec un discours toujours plus sécuritaire, démagogique et stigmatisant (le fameux « nettoyage au kärcher » qui lui vaut toujours, rappelons-le, de ne pas pouvoir mettre les pieds dans les quartiers populaires où les habitants se sont légitimement sentis insultés), le tout mâtiné de quelques mesures progressistes (suppression de la double peine, que son actuel ministre de l'Intérieur veut maintenant rétablir) pour se garder des habits respectables de républicain.

 

Dès son arrivée en résidence au Fouquet's, SARKOZY a cherché à assurer ces voix xénophobes, par le ministère de l'Immigration et de l'Identité Nationale, son « débat » sur l'identité nationale puis son « débat » sur le voile devenu « débat » sur la laïcité. Il a propulsé à l'Assemblée Nationale la naissance de la Droite Populiste, pardon: « populaire », qui, à coup de saillies ou propositions néo-libérales, racistes ou homophobes, devait flatter la fange de son électorat, pardon: sa frange, les citoyens n'étant ramenés qu'à des mouches à attirer par le sucre de la démagogie la plus nauséabonde.

 

Mais le résultat économique, sociale et sécuritaire de Tsarkozy est là, si catastrophique, que même sa démagogie xénophobe en tenue de président ni suffit plus. Il faut donc aller plus loin, dans la fuite en avant du condamné.

 

Le dernier avatar de cette stratégie a donc été Claude GUEANT, haut fonctionnaire peu soucieux du suffrage électoral puisqu'il ne s'y était jamais soumis, peu intéressé de conserver un siège qu'il n'est jamais allé conquérir, et donc prompte à jouer son rôle de fusil à un coup.

 

Depuis son arrivée place Beauvau, GUEANT a donc à l'envie multiplié les sorties contre les délinquants étrangers ou d'origines étrangères, ré-inventant au passage pour les Rroms des statistiques ethniques illégales en France, contre les prières de rue, l'invasion des cultures étrangères qui nous ferait ne plus nous sentir, nous -bons Français caucasiens, catholiques, hétérosexuels et consommateurs- qui nous ferait ne plus nous sentir « chez nous », sans oublier les illusoires concours d'expulsions d'étrangers, de sans papiers ou de délinquants étrangers sans papiers et violeurs de femmes blanche, on ne sait plus trop...

 

Les propos de ce week-end, sur les civilisations qui ne se valent pas, ne sont donc pas dus au hasard ou à une erreur, ils sont le fruit volontaire d'une politique calculée.

 

Ces propos sont stupides, confondant le cultuel et le culturel, le culturel et la civilisation. En quoi la démocratie est-elle un élément par essence de notre civilisation européenne ou occidentale? C'est un élément de notre Histoire contemporaine, aujourd'hui de notre culture, dont nous pouvons espérer qu'elle contribue à notre civilisation, mais pas plus que la liberté ou l'égalité ce n'est un élément de civilisation, tout comme l'excision ou la lapidation ne sont des éléments d'une civilisation arabe ou musulmane (puisque tout le monde aura bien compris quel était l'ennemi de civilisation visé).

 

L'Histoire de France est majoritairement encore une Histoire d'autoritarisme ou d'absolutisme, d'obscurantismes, de crimes d'Etat, d'inégalités sociales ou des genres, d'absence de libertés. Il a fallu rien de moins qu'une Révolution pour impulser un changement concret en la matière, avec plusieurs siècles d'une indépendance nationale que cette même « civilisation française » a interdit pendant plusieurs dizaines d'années aux pays que Claude Néant critique si facilement.

 

Reste une question qui se pose encore: ces propos délibérés sont-ils que stratégie ou le fond -pas si- profond de sa pensée. Sa haine xénophobe est-elle naturelle ou culturelle, de circonstance ou constante? Et le pire, c'est que je ne sais pas ce qui serait le plus pardonnable: qu'il ait des propos racistes parce qu'il les partage ou par pur calcul cynique.

 

En tout état, SARKOZY et GUEANT, comme HORTEFEUX ou BESSON, auront ce tord face au jugement de notre Histoire républicaine: ils auront habillés leurs propos de haines des tenues de la République. Leurs fonctions les appelaient à rassembler, à unir la communauté nationale, à l'amener vers le haut. Ils l'auront divisée, rabaissée, humiliée. Par certitude ou pas calcul. Ils cautionnent les discours du F-Haine, lui ouvrant les portes de la République, contrôlés aujourd'hui par l'hydre xénophobe que leur stratégie vulgaire se proposait de contrôler hier.

 

Notre République a besoin d'air, notre société a besoin d'un supplément d'humanité et d'espérance pour répondre à ces discours voyous. Notre République a besoin de changement, maintenant.

 

Commenter cet article