Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans les écoles, les policiers remplacent les professeurs...

Publié le par Stéphane GOMEZ

 

En avril 2010, le ministre de l’Education Nationale, suite à plusieurs actes successifs de violence dans des collèges ou lycées, ouvrait ses Etats Généraux sur la Sécurité à l’Ecole.

 

Contre toute attente, les intervenants, choisis par le ministre, insistaient sur la prévention et la présence d’adultes formés. Engagé dans un plan massif de suppression de postes, Luc CHATEL concluait lui sur la création d’indicateurs de la violence et la création des établissements expérimentaux « CLAIR » (Collèges, Lycées, Ambition, Innovation, Réussite) ; à aucun moment il ne remettait en cause ses discours sur l’installation de portiques de détection et de policiers référents.

 

A la rentrée 2010, le collège des Noirettes (Vaulx-en-Velin), classé RAR (Réseau Ambition Réussite) et CLAIR, est choisi pour être un des établissements accueillant une fois par semaine un policier référent.

 

Le SNES Lyon s’interroge sur la démarche qui aboutit, sans consultation des équipes pédagogiques, sur l’installation d’un policier référent.

 

Le SNES Lyon s’interroge sur l’efficacité de la présence d’un policier une fois par semaine. Cela permettra-t-il de compenser –y compris sur les problèmes de lien social et de sécurité intérieure- tous les postes de professeurs titulaires ou d’assistants d’éducations supprimés depuis 2002 ?

 

Une majorité des enseignants du collège des Noirettes, en contact quotidien avec les réalités de l’établissement, se sont exprimés contre la présence d’un policier référent une fois par semaine, mesure d’annonce qui ne peut être une réponse en profondeur aux problèmes qui se pose aujourd’hui à l’Education Nationale.

 

Le SNES Lyon souhaite donc que la parole enseignant soit entendue et que le Rectorat réponde par des mesures en profondeur et concertées au malaise enseignant, par des mesures qui assurent la réussite de tous les élèves.

 

Le SNES Lyon interpelle le Rectorat pour savoir pourquoi les élus professionnels n’ont pas été tenus au courant de la mesure et s’il projette d’autres pratiques sécuritaires de la sorte.

 

Le SNES Lyon appelle le Rectorat et le ministère à s’inscrire dans l’esprit des Etats Généraux sur la Sécurité à l’Ecole en renforçant la présence d’adultes formés -professeurs, assistants d’éducation et administratifs-, seule manière efficace de lutter contre l’insécurité et de construire avec les élèves un projet éducatif ambitieux.

 

Commenter cet article