Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'EST LA FRATERNITÉ, QUI FONDE LA NATION FRANÇAISE

Publié le par Stéphane GOMEZ

LE 4 SEPTEMBRE PROCHAIN, CONTRE LA POLITIQUE DE HAINE:

LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ

C'EST LA FRATERNITÉ,

QUI FONDE LA NATION FRANÇAISE

 

 

 

Le 4 septembre 1870, dans le tumulte des armes, la III° République était proclamée. Ce régime, malgré ses nombreuses imperfections (exclusion des femmes du suffrage universel, colonialisme,…) instituait 140 ans de régimes démocratiques, bâtis sur les valeurs universelles héritées de la Révolution française, avec la seule exception de 1940-44 et de l'État français pétainiste, régime d'Occupation et de Collaboration, où on pratiquait pour la 1ère fois dans la longue histoire française la déchéance de la nationalité, pour mieux complaire à l'hydre nazie, totalitaire et xénophobe.

 

Avec la III° République allait s'installer et s'approfondir un régime bâti sur la démocratie, le suffrage universel, la liberté, l'égalité, la fraternité, la laïcité, l'école pour tous comme outil de l'émancipation individuelle et du progrès collectif.

 

Ce sont ces valeurs que l'actuel président de la République française foule aujourd'hui aux pieds. En échec social, économique et sociétal, le provisoire résident de l'Élysée, ancien ministre de l'Intérieur, se lance dans une fuite en avant, par des propos d'une consternante démagogie xénophobe, amalgamant immigration et délinquance, désignant des ennemis intérieurs, multipliant les propositions inconstitutionnelles et immorales.

 

Le président de la République devrait rassembler la Nation vers un avenir commun; Nicolas SARKOZY la divise et l'oppose par pur calcul personnel et électoraliste et par une odieuse dérive idéologique.

 

Ces dernières provocations s'inscrivent dans une triste continuité, après avoir lancé un débat honteux sur l'identité nationale dans un contexte de campagne électorale pour les Régionales et de sous-entendus xénophobes, après avoir lancé à coup de quotas populistes d'expulsions une chasse au clandestin assimilé à un délinquant, après avoir remis en cause la Justice pour mineurs, après avoir prétendu détecter dès l'enfance les prédispositions à la délinquance, après s'être lancé dans un discours sécuritaire de la surveillance totale (par voies de caméras sur l'espace public ou de portiques de détection dans les aéroports comme dans les écoles, au moment où de nombreux postes de policiers étaient supprimés), alors que les services publics de l'Éducation et de la Justice sont partout en reculs, alors que les promesses pour faire de la France un pays d'accueil pour tous les persécutés du monde n'ont jamais été tenues.

 

Association républicaine, née au moment de l'Affaire Dreyfus car il semblait alors inacceptable aux démocrates de progrès que pour sauver un système les gouvernements sacrifient un homme, la Ligue des Droits de l'Homme ne peut plus tolérer ces reculs des libertés individuelles et collectives.

 

L'ambition personnelle ne peuvent pas justifier de sacrifier les valeurs et les libertés sur lesquelles est bâtie la République française.

 

C'est le vivre ensemble, c'est le respect mutuel qui fondent la République, sur la base de l'égalité. C'est la fraternité qui fonde la Nation française. La première des sécurités, c'est la liberté.

 

C'est pour réaffirmer son attachement à ces principes, c'est pour dire clairement que ces reculs calculés des libertés ne sont pas acceptables, que la Fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l'Homme, relayant l'appel national « Contre la xénophobie et la politique du pilori », appelle au sein d'un collectif large d'association de défense des droits de l'Homme, de partis et de syndicats, tous les citoyens et toutes les citoyennes à manifester dans les rues de Lyon comme partout en France ce jour,

 

le samedi 4 septembre prochain,

à partir de 14 h 00,

depuis le Veilleur de Pierre de la place Bellecour

 

Derrière une banderole unitaire, « Contre la politique de haine: Liberté, Égalité, Fraternité ».

 

Les principes de la République ne sont pas des valeurs incantatoires, ce sont des réalités que la Ligue des Droits de l'Homme veut réaffirmer par une manifestation populaire, réunissant au-delà des appartenances partisanes toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans une République humaniste, une République ouverte, une République qui n'a pas peur de ses citoyens.

Commenter cet article